• Vieille amitié

    Vieille amitié

    Je me regarde, telle que je me vois
    avec cette espèce de manie
    de me sentir responsable
    simplement à cause d’une amitié
    qui a franchi l’obstacle du temps.

    C’est elle qui a remplacé
    dans mon miroir les reflets crus
    venus de mon enfance.
    Et c’est elle que je dois déchirer
    pour me sentir enfin exister.

    Ce genre de choses inimaginables,
    c’est ce que je me tue à faire
    pour ma survie, alors que d’habitude
    on chérit les amitiés de toute une vie
    quand on arrive à la cinquantaine.

    Il faut croire que la musique de fond
    n’était pas vraiment très belle
    et que trop de conciliabules
    et de commérages parlaient déjà
    de cette complicité à l’imparfait.

    Il faut croire que le temps,
    généreux quand il donne,
    est capable aussi de reprendre,
    avec ses griffes acérées
    les souvenirs d’une époque héroïque.

    Puisqu’il n’y a pas de héros
    qui ne soit en même temps
    objet de calomnies,
    il n’y a de paix dans les chaumières
    que lorsque les histoires finissent.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :