• Comme si on avait

    Comme si on avait

    J’ai fait comme si on l’avait décidé,
    d’agir vraiment en toute liberté,
    comme s’il était possible de vivre
    autrement que dans la panique.
     
    Mais quand j’y pense maintenant
    quand je pense à l’immense océan
    et que je me vois ici accroupie
    je comprends que je ne ferai corps
    avec la densité qui me peuple
    qu’en restant hors de l’eau.

    J’avais imaginé d’autres limites,
    non pas pour moi celles des autres,
    puisque je n’avais pas pris de risques
    puisque j’avais tout fait pour l’éviter,
    de m’endormir sur l’illusion,
    d’une infinie féminine vocation.

    Il y avait tant d’autres catégories,
    tant d’explications légitimes,
    tant de couleurs aussi, mais aussi
    tant d’intrus à déplacer et de masques.

    Je finirai alors par sous-estimer encore
    la force enchanteresse d’un regard liquide.
    baigné d’un espoir épatant
    qui me ferait hurler en pénétrant
    par une fente de mon âme jusqu’au coeur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :